dimanche 30 avril 2017

2017: Les Lofoten en trois mois


Voici le projet 2017

Départ du Bruxelles Royal Yacht Club le 8 mai et retour en Zeelande le 25 août...

On termine les derniers préparatifs, transpondeur AIS, courses, vin, bière, trinquette à enrouleur, nouvelles voiles, nouvelles batteries et éolienne, ... etc, etc.
Plus les équipiers, l'un qui se casse le bras et l'autre qui a son épaule abîmée après une chute de ski ... Et qu'il faut en urgence trouver une nouvelle victime ...

Et on est très en retard. J’arrête d'écrire je retourne aux préparations.




mardi 1 novembre 2016

Une fin de saison en Zeelande


Quelle belle fin de saison!

Nous avons eu une météo magnifique et à chaque WE, nous avons eu l'occasion de naviguer avec les amis.

La plupart du temps au mouillage.




St Annaland






On retrouve les bancs de sable...


Calme au Grevelingenmeer







Apéritif au Veersemeer



Les bijoux !! Zeerikzee












Le meilleur resto de Zeerikzee



A l'envert






Brouwershaven




Et, enfin le 31 octobre, le Grand Retour vers Bruxelles, organisé par le Bruxelles Royal Yacht Club.




Départ au petit matin



L'Escaut au moteur



L'écluse d'entrée du canal










mercredi 31 août 2016

Plymouth - Zeelande



Août 2016


























Quelle belle fin de saison!

Et nous revoilà au bateau le 9 août pour une petite croisière familiale. Dominique et ma fille Sophie nous accompagne.

Nous ferons une petite croisière tranquille entre Plymouth et l’île de Wight en passant successivement par Dartmouth, Weymouth, la Lulworth Cove et enfin la rivière Beaulieu. Que de beaux endroits, quelles belles randonnées !

En voici quelques photos :


Dartmouth
































Randonnée à Dartmouth

































Weymouth






Lulworth Coves








































Beaulieu River
































Mais, tout a une fin et, après avoir parcouru 182 milles, je dépose mes deux équipières sur les quais de Southampton. Je largue, ensuite, les amarres au plus vite pour quitter cette ville sans intérêt et surtout pour retourner passer deux jours dans la rivière Beaulieu. Je me prépare à une navigation solitaire pour les derniers 432 miles, jusqu’en Belgique.


Deux nuits solitaires à Beaulieu River




























Je commence par passer une nuit au mouillage au pied des Needles. Et c’est vers six heures du matin, à la fine pointe de l’aube, que j’entame la traversée vers Cherbourg. Plus grande envie de suivre les côtes anglaises et c’est surtout la cuisine française qui m’attire. Ce sera une traversée rapide et tranquille et c’est à 16h30 que j’amarre dans la marina avec l’aide d’un voisin hollandais.
Et deux jours plus tard, après de très bons restaurants, je quitte Cherbourg avec la marée, accompagné du bateau hollandais, pour Fécamp. Ce sera un nouveau une traversée très rapide avec un amarrage vers 14 heures juste avant l’inverse de la marée. Une dépression va souffler de force 7 à 8 les deux jours suivants et je pourrai ainsi me rendre compte que le port de Fécamp n’est pas des mieux abrités lorsque le vent souffle un tout petit peu du large.



Du vent à Fécamp









Palais Bénédictine





















































Nous sommes déjà le 22 août, il est temps de rentrer et je décide de faire une grande étape, depuis Fécamp jusqu’à Zeebrugge, où j’aurai le plaisir de m’amarrer à côté du bateau de mon équipier Paul.
Cette nouvelle étape aura duré 32 heures et m’aura permis de me rendre compte qu’il est tout à fait possible de naviguer et de rester éveillé 36 heures en solitaire. Il y avait cette nuit-là, beaucoup de trafic dans la passe devant Dunkerque ce qui a eu le mérite de me tenir bien éveillé. Les bateaux se succédaient les uns derrière les autres et, depuis Calais jusqu’à la frontière belge, je n’ai pas eu une seule fois la possibilité de quitter le cockpit.


Zeebrugge, à côté de Paul



























Après Zeebrugge, il ne me reste plus qu’une étape jusqu’en Zélande au port de Wemeldingen où nous avons réservé un emplacement pour finir la saison.




lundi 25 juillet 2016

Une traversée des Açores aux Scilly bien tranquille ...




Du 10 au 20 juillet, 1.351 miles






















Jacques et Bernard montent à bord le 7 juillet. Leur avion a pris beaucoup de retard, il est 1:30 du matin, et nous commençons par goûter la bouteille de whisky qu’ils ont apporté dans leur valise. Un talisker légèrement tourbé. Nous en prendrons deux (peut-être trois) verres avant d’aller dormir. L’ambiance change !


Trois Frères de la Côte et un guidon de Commodore ...

Après notre réveil, nous aurons une journée tranquille. Dominique nous quitte le soir pour rejoindre la Belgique et c’est à partir du 8 que nous commençons les préparatifs. Ils dureront deux jours.

Briefing sécurité, vérification du bateau et du gréement, pleins de fuel et d’eau, et surtout les vivres.
Patrick que nous avions rencontré aux Canaries nous indique l’adresse du marché et nous passons une bonne partie de la journée à entasser des dizaines de kilos de légumes, de conserves, de fruits  et de boissons dans le bateau.





























La météo est assez bizarre avec une succession de fronts chauds et froids qui passent sur les Açores. Cela apporte du vent de sud-ouest et idéalement nous aurions dû partir le 7. L’anticyclone s’étend des Açores jusqu’en Angleterre. Nous savons déjà que les premiers jours seront très calmes.

Nous quittons Ponta Delgada le 10 juillet à 11 heures. Le routage Grib réalisé avec QVTLM nous propose de contourner l’île par l’Est, mais à la sortie du port, nous constatons qu’il n’y a pas de vent et nous décidons d’aller au moteur vers l’ouest. Ensuite nous découvrons avec étonnement un vent de sud-ouest de 10 à 15 nœuds dont nous profitons plusieurs heures sous grand-voile et génois tangonné.
Première surprise, vers 20h, les batteries sont à 11,6 V.  L’ampèremètre quant à lui, semble ne pas fonctionner… Rontudjuuu !

Heureusement, Jacques est professionnel de l’électronique et le capitaine garde la certitude qu’il va arranger tout cela. Et, après analyse, ce sont les batteries de services qui ne tiennent plus la charge et qui parviennent encore à nous offrir 20 A avant d’être déchargées. Le capitaine ne comprend pas, il n’a rien vu venir et les batteries ont, tout juste, quatre ans. La solution a été vite trouvée, intervertir les batteries services et les batteries moteur.

Extrait du livre de bord, dessins Bernard


Nous avons la chance d’être routés par Michel, un membre du Bruxelles Royal Yacht Club, qui est chargé des cours de météo à l’école de navigation. Il a la polaire du bateau, fait tous les calculs de route à partir des fichiers gribs et vérifie surtout s’il n’y a pas une méchante dépression qui se forme et pourrait nous embêter.






























Les échanges de mails par iridium sont fort semblables : 'peu de vent aujourd’hui, vous pourriez en trouver un peu plus au nord, mais vous risquez d’arriver trop tard. Courage et patience'.

Et la routine s’installe. Bernard a découvert la casserole à pression et nous prépare des repas délicieux avec tous les légumes que nous avons emportés. 


Bernard, expérimenté, cuisinier et dessinateur

Pour le premier jour ce sera un steak, le deuxième un osso-buco, puis un couscous et ensuite nous profiterons des saucisses emballées sous vide et des boîtes de conserve. Nous avons aussi des dizaines d’œufs et du lard fumé et nous prenons l’habitude d’un english breakfast tous les matins, lorsque tout l’équipage réveillé.

Rêves d'Angleterre...


La vaisselle se fait à l’eau de mer et notre ami Bernard qui a déjà une expérience traversée de l’Atlantique met juste la quantité d’eau de mer nécessaire dans la casserole à pression pour saler nos aliments.  Au total nous avons consommé 70 l d’eau douce, malgré nos réservoirs de 360 l. (Nous ne nous sommes pas beaucoup lavés non plus).

Nous ne commencerons à pêcher le cinquième jour et dès le lendemain un thon de 5 kg nous permettra de préparer deux délicieux repas. Extrait du livre de bord:












Le confort à bord est excellent et chacun dort tranquillement dans sa couchette, sans toile à roulis, même dans la cabine avant. Les repas se prennent confortablement sur la table du cockpit. Nous rencontrerons une longue houle et seule une fois nous aurons des petites vagues désagréables provenant du vent soufflant au Cap Finisterre.




























Pour les quarts, ce sera très simple ; le premier commence son quart à 21 heures, le deuxième suit à minuit et le troisième à trois heures du matin. Durant la journée pas de quarts,  tout le monde est réveillé et nous passons les journées ensemble avec ici et là une petite sieste pour celui qui le souhaite. Et tous les soirs nous reprenons les quarts en inversant les tours.




























En ce qui concerne la route, nous réglons les voiles en permanence pour pouvoir profiter de la moindre risée et nous mettons le moteur dès que l’on passe en dessous de trois nœuds. Nous constatons que notre vitesse, dans ces petits vents, est inférieure à la polaire parce que la houle fait rouler le bateau et dévente les voiles.  Nous aurons la chance de profiter du spi pendant deux jours et demi. Le capitaine a un peu perdu l’habitude de le mettre, inutilisé trois ans dans les îles de l’Atlantique et il commencera par le mettre à l’envers… Que celui qui connait et retient la différence entre clew et tack lui jette la première pierre...

Oui, drôle de coupe, il est à l'envers


























Au bout de quelques jours le PC de bord ne charge plus… il nous sera encore possible de télécharger un dernier fichier grib et les batteries seront plates. Il nous annonce des vents contraires et le routage nous propose de tirer un bord vers La Corogne où nous allons rencontrer des vents de plus en plus forts, avant de revirer vers les Scilly. Mais plusieurs échanges de sms iridium avec Michel nous font opter pour une route vers le nord où nous allons rencontrer des calmes, mais avec une grande probabilité de vent portant dans les jours qui suivent. De plus cette route est plus directe et elle nous épargne l’impression de faire demi-tour vers le nord de l’Espagne et de subir un près serré dans des vents de 20 à 30 nœuds.




























Cependant, notre progression vers le nord nous laisse dans la dorsale de l’anticyclone des Açores et Michel nous dira que l’anticyclone se déplaçait avec nous, nous laissant dans de faibles vents contraires. Nous allons donc naviguer au près, dans des vents de 3 à 4 nœuds, toutes voiles dehors, en créant un vent apparent grâce au moteur à 1.200 tours.





















Ensuite, un sms de Michel nous dira : ‘journée difficile aujourd’hui, vents dans le nez très faibles’. Dure journée, il nous reste un bon bout de chemin, on avance quasi pas, le diesel diminue (au total nous aurons consommé 180 litres sur 250), il pleut et on ne voit pas loin. Mais le temps change vite, la brume va se lever et nous découvrirons même un petit rayon de soleil.


Le dernier jour, nouveaux sms de Michel : ‘brume, pluie, mais patience, vent portant de 15 à 20 nœuds’. Le sms de réponse était simple :’ la brume et la pluie sont déjà là, mais on a toujours un vent contraire’.
Et il avait raison, vers 22 heures le vent a commencé à souffler 5 à 6 bf et nous avons pu foncer, au portant, à sept, huit nœuds vers les Scilly.

En longeant les îles, au petit matin, l’équipage décide de profiter du vent et de continuer sa route vers Plymouth où nous pourrons laisser le bateau et rentrer à Bruxelles. Mais nous aurons la chance de voir le vent diminuer nous obligeant à prendre une bouée dans la baie Raveen juste en face de St Mary. Nous y passerons une superbe journée à redécouvrir la terre ferme, à visiter la ville et à profiter de ses restaurants et de ses pubs.
























Mais des épouses s'impatientent... Le 21 juillet, date de la fête nationale belge, nous lâchons le mouillage à 11 heures et profitons du courant et d’un bon vent sud de 15 nœuds pour rallier Plymouth où nous arrivons le lendemain matin à six heures. Tous l’ équipage a bien conscience de vivre les derniers moments de cette croisière et personne ne souhaite aller dormir. 




























Nous allons rester éveillés quasi toute la nuit, ensemble dans le cockpit, pour profiter de ces derniers 
moments. Il faut dire que le temps est magnifique, le ciel dégagé et que nous profitons d’une pleine lune.





Il ne nous restera plus qu’à nettoyer le bateau et prendre le train vers Bruxelles.

La traversée des Acores aux Scilly aura donc pris 10 jours pour 1.351 miles.